Les asymptomatiques sont contagieux ?

Recherche sur le Coronavirus. Domaine public

Un élément clé du paradigme est que les « malades asymptomatiques » (une expression qui représente un oxymore en soi) seraient contagieux. L’argument selon lequel ces personnes seraient contagieuses justifie des mesures comme le confinement et les masques. Pour analyser cette question, nous allons nous appuyer sur la plus vaste étude dont nous disposons sur cet aspect de l’épidémie.

Entre le 14 mai et le 1er juin, une expérience à grande échelle a été entreprise dans la ville de Wuhan, en Chine, le premier épicentre de l’épidémie qui avait secoué le monde entier. Les autorités de la ville, qui se trouvait en phase de déconfinement, avaient entrepris la démarche de tester la population entière de la région urbaine de Wuhan. Profitant de l’accalmie épidémique et ne se privant pas de moyens, elles ont entrepris de tester 9 899 828 personnes parmi les 10 652 513 habitants de plus de 6 ans qui étaient éligibles à participer à l’enquête. Parmi les éléments de ce vaste échantillon testé, 9 865 404 personnes n’avaient jamais été diagnostiquées pour la Covid-19 et 34 424 personnes étaient des patients rétablis.

Quels furent les résultats de cette vaste enquête ?

Ce dépistage massif a relevé 300 cas asymptomatiques, avec un taux de détection de 0.303%. Ces 300 cas de patients asymptomatiques ont été isolés pendant deux semaines. Parmi eux, il n’y avait que deux groupes de deux qui venaient du même foyer. Il n’y avait pas d’historique de Covid-19 dans leur entourage. Parmi les 34424 personnes rétablies de la Covid-19, 107 ont été testées à nouveau positives après guérison, indiquant un taux de 0.31%.

Conscientes des problèmes de fiabilité des tests PCR, les autorités de Wuhan ont procédé à des examens supplémentaires sur les personnes testées positives, notamment à la culture virale : cette recherche clinique n’a pas été concluante, aucun virus viable n’a été détecté parmi ces cas positifs.

Les personnes testées positives ainsi que leurs « cas contacts » ont été isolées pendant 2 semaines, aucune n’a développé la maladie. La fréquence des cas positifs était plus élevée dans les quartiers de plus haute densité urbaine.

Ensuite, les autorités ont procédé à de nouveaux examens cliniques, notamment des tests d’anticorps (IgG). Les résultats de ces tests sont très intéressants : 190 personnes parmi les 300 cas positifs (63%) étaient testés positifs, indiquant qu’elles disposaient des anticorps contre la Covid-19. La proportion des cas positifs disposant de toute la gamme des anticorps IgG(-) et IgM (-) s’élevait à 36.7%. Les chercheurs ont conclu que ce résultat pourrait être interprété comme indiquant une fenêtre immunologique ou mettre en cause la fiabilité des tests PCR.

Est-ce que les personnes asymptomatiques étaient contagieuses ? Est-ce qu’elles ont transmis la maladie à d’autres personnes, surtout aux membres de leur entourage ? Les « cas contacts » des personnes testées positives ont été scrupuleusement identifiés. Ils représentaient 1174 habitants de Wuhan. Aucun cas positif n’a été détecté parmi eux. Les chercheurs ont conclu que leurs résultats ne sont pas forcement généralisables.

Cette enquête a influencé ensuite la politique de gestion épidémique chinoise. Les résultats ont été communiqués à la revue Nature le 20 novembre 2021. A la même période, la France se trouvait reconfinée, le sujet majeur de notre politique sanitaire était alors de définir les commerces non-essentiels.

Lectures supplémentaires

L’étude chinoise a été publiée sous forme d’article (non relu par des pairs) dans la revue Nature. Elle a été reprise également par le prestigieux British Medical Journal. La presse française, comme le journal Le Monde, a mis ses lecteurs en garde contre les fausses interprétations de cette étude (sic, à noter qu’on n’a fait que la résumer ici). Pour la contrer, ces libres penseurs ont évoqué d’autres études, comme cette étude menée à Singapour parmi 628 porteurs du virus. L’étude chinoise reste la plus vaste opération logistique et virologique à cette échelle sur ce sujet.

A suivre : La vaccination est le seul remède ?

Enseignement !